Alexis Deschênes: de l'autre côté du micro

ShareThis

Par Renée LarochelleLe Fil, journal de la communauté universitaire de l’Université Laval

Du statut de vedette montante du journalisme télévisé à celui d’étudiant en droit, il y a un grand pas qu'Alexis Deschênes a franchi avec aisance.

Alexis Deschênes a très hâte au 25 janvier. On comprend pourquoi: c’est en effet à cette date qu’il saura s’il a réussi ou non les examens de l’École du Barreau. S’ouvriront alors toutes grandes devant lui les portes de la profession d’avocat. Le rêve enfin réalisé, au prix de beaucoup de travail et de plusieurs renoncements…  Car pour pouvoir plaider un jour, le diplômé de l’Université Laval a abandonné une brillante carrière en journalisme.

Deux mois avant d’entreprendre son baccalauréat en droit, Alexis Deschênes était correspondant parlementaire à l’Assemblée nationale du Québec à TVA, où il couvrait l’actualité politique québécoise. Avant d’occuper ce poste enviable, il avait été journaliste-reporter à Radio-Canada. Certains collègues ont accueilli avec scepticisme sa décision de quitter le milieu du journalisme où il travaillait depuis 12 ans. 

«Je n’aimais plus le rôle d’observateur lié à ce métier», répond-il lorsqu’on lui demande les raisons de ce changement de cap. «J’avais l’impression de passer à côté de quelque chose d’essentiel. Dès l’âge de 24-25 ans, je savais que je ne ferais pas du journalisme toute ma vie. En plus, c’est un métier très dur, où on peut vous signifier assez vite que vous ne faites plus l’affaire.»

Le droit s’est imposé tout naturellement à lui comme la meilleure voie à suivre pour changer les choses. «Il s’agit d’un domaine qui permet de comprendre la société dans laquelle on vit, explique l’ex-journaliste. Dans les moments fondamentaux, il y a toujours un avocat qui est présent. C’est une profession fantastique, quand on y pense.»   

Né en 1978 dans le village de Saint-Jules-de-Cascapédia, en Gaspésie, Alexis Deschênes a baigné très tôt dans le monde de l’information puisqu’il est le fils d’un père réalisateur à la télévision. À 17 ans, il s’inscrit au programme en art et technologie des médias offert par le Cégep de Jonquière. Son diplôme en poche, il travaille comme reporter en Afrique, au Mexique, en Haïti, au Québec et en Saskatchewan. Ce qui ne l’empêche pas de trouver du temps pour effectuer un baccalauréat en science politique à l’Université Concordia. Respecté par ses pairs et apprécié du public, ce bel homme aux yeux bleus possédait toutes les qualités requises pour garder le micro encore bien des années et accéder aux plus hautes sphères du journalisme, comme l’ont fait les Bernard Derome et les Céline Galipeau. D’où la surprise générale lorsqu’il a pris la décision de tourner le dos à ses premières amours.

Ce retour sur les bancs d’école au début de la trentaine n’a cependant pas été facile, avoue le principal intéressé. Être passionné par le domaine juridique est une chose, écouter un professeur donner son cours dans un amphithéâtre impersonnel pendant trois heures en est une autre. «La charge de travail était énorme, mais je n’ai jamais manqué de motivation», affirme Alexis Deschênes, qui ne se souvient pas d’avoir ouvert un de ses livres de droit sans en ressentir du plaisir.

Au final, sa constance dans l’effort aura été récompensée. Le 22 novembre, il recevait le Prix du Barreau du Québec, attribué à l’étudiant ayant obtenu la meilleure moyenne cumulative au terme du baccalauréat, pour l’Université Laval. En 2011, il figurait parmi les cinq finalistes du Concours pancanadien de dissertation en droit constitutionnel, organisé par l’Institut de recherche en politique publique.

Père de trois jeunes enfants, Alexis Deschênes puise dans la vie de famille sa force et son équilibre. «Avec des horaires chargés, il faut s’organiser pour que tout le monde y trouve son compte», assure-t-il tranquillement. On ne peut s’empêcher de penser que son premier employeur, la direction du contentieux du ministère de la Justice du Québec, aussi appelé «bureau des plaideurs», a bien de la chance d’accueillir un diplômé de cette qualité.

Comment se voit-il dans 10 ans? La question l’amuse. «Je n’en ai aucune idée, admet-il, après quelques secondes de réflexion. Mais je sais que je serai heureux.»

 

Editeur: Chris Waddell (École de journalisme de l'Université Carleton), salle 4302C, Bâtiment River, 1125 chemin Colonel, Ottawa, Ontario K1S 5B6. 613.520.2600, poste 8495 publisher@j-source.ca

Rédactrice-en-chef: Hélène Roulot-Ganzmann (Fondation de l'Université Laval), info@projetj.ca

   

source