L’art de vérifier l’information transmise par le public

ShareThis

Le Centre européen de journalisme publie aujourd’hui, un guide sur les meilleures pratiques en matière de vérification de l’information. Un ouvrage qui pourra s’avérer très utile pour les journalistes afin de déceler le vrai du faux parmi la montagne de nouvelles qui leur arrive via les réseaux sociaux. Et de déjouer ainsi les rumeurs.

Par Annie Labrecque, journaliste scientifique et membre du comité éditorial de ProjetJ

Sur une photo largement diffusée via les réseaux sociaux, on peut voir les chutes du Niagara avec d’énormes blocs de glace en avant-plan. Cette photo illustrait parfaitement la vague de froid que subissait le pays il y a quelques semaines. L’image est-elle vraie pour autant?

Oui, mais elle date… de 2011! C’est ce qu’a découvert un journaliste du Nouvel Observateur. Il raconte qu’en quelques clics, il a obtenu les détails concernant la photo et a pu contacter l’auteure pour en confirmer l’authenticité.

Ce genre d’histoires se multiplie: des photos qui refont surface au moment opportun, un calmar géant, un bateau rempli de rats cannibales à la dérive, etc. Aujourd’hui, le public génère et fournit du contenu (User generated content) grâce aux téléphones intelligents qui captent chaque moment du quotidien. Et par là même, plusieurs défis pointent le bout de leur nez: dans cette mare d’informations relayée par le public, comment distinguer le vrai du faux de façon efficace et rapide? Comment savoir si une image ou une vidéo a été modifiée? Si un gazouilli envoyé est véridique?

If telling the truth is our goal, verification must be a standard – Steve Buttry

C’est l’objectif du guide Verification Handbook écrit par une vingtaine de collaborateurs, et parmi eux, plusieurs journalistes en provenance notamment de la BBC, du Guardian et de Storyful. On y trouve des conseils et des trucs techno. On y décrypte également des cas pour lesquels la vérification a été un véritable casse-tête. Bref, ce guide devrait faciliter l’intégration de la vérification dans tout processus de recherche.

L’éditeur de cet ouvrage, Craig Silverman, est aussi éditeur du site Regret the Error, qui répertorie les erreurs commises par les médias. Le journaliste rappelle le rôle essentiel de la vérification.

«Avec les téléphones intelligents, c’est facile de diffuser, créer et partager du contenu instantanément. À la base, la vérification ne change pas. Tous les journalistes se posent habituellement ces questions: Comment est-ce que je sais ça? D’où provient l’information? Est-ce crédible? Ce qui a changé, ce sont les réseaux sociaux et l’abondance d’informations dans laquelle nous baignons», ajoute-t-il.

Vérifier dans l’urgence

Le guide sera aussi utile aux reporters qui couvrent les zones de conflit ou les catastrophes. Car une information, qu’elle soit vraie ou fausse, se propage rapidement.

«Lors d’un désastre, il y a beaucoup de chaos, de désinformation et de rumeurs. Ce sont des éléments indissociables de ce type d’événements», constate Craig Silverman.

Or, dans ces situations d’urgence, il est crucial de rapporter des faits doublement vérifiés.

«Le processus de vérification peut être effectué très rapidement si les journalistes y sont formés et s’y entraînent régulièrement», croit l’éditeur.

Le média public japonais NHK l’a compris, bien avant le séisme de 2011. Ainsi, les journalistes sont formés à vérifier les informations en provenance du public pour intervenir rapidement. Une équipe a aussi pour mandat de surveiller en tout temps les médias sociaux et d’entretenir un réseau de sources fiables, à qui elle pourra faire appel lors d’un tremblement de terre.

Le guide Verification Handbook est disponible gratuitement pour lecture en ligne (version anglaise). Une version PDF et une version numérique seront disponibles en février.

Editeur: Chris Waddell (École de journalisme de l'Université Carleton), salle 4302C, Bâtiment River, 1125 chemin Colonel, Ottawa, Ontario K1S 5B6. 613.520.2600, poste 8495 publisher@j-source.ca

Rédactrice-en-chef: Hélène Roulot-Ganzmann (Fondation de l'Université Laval), info@projetj.ca

   

source